Archives du mot-clé Phytothérapie

Histoire d’huiles essentielles

Histoire d’huiles essentielles

Les huiles essentielles proviennent du monde entier, elles doivent toutes être contrôlées par chromatographie, disposer d’une fiche détaillée sur leur qualité et doivent toutes être (dans un parfait absolu) issues d’une agriculture bio et pour la plupart d’entres elles d’une certification adéquate.
 
L’Aromathérapie est une thérapeutique naturelle qui utilise les huiles essentielles pour traiter des pathologies de l’homme, des animaux et des plantes.  C’est une branche de la Phytothérapie puisque l’on utilise des extraits de plantes et des molécules aromatiques issues de végétaux.
En effet, les Huiles Essentielles sont des extraits de plantes obtenus par distillation à la vapeur d’eau. Ainsi, seules les plantes dites aromatiques peuvent donner une Huile Essentielle, car elles synthétisent et stockent des essences dans leurs tissus. Les Essences sont des substances liquides et odorantes, enfermées dans les cellules de certains tissus de ces plantes. Lors de la distillation, entraînement par la vapeur d’eau, ces cellules ou poches à essence se brisent et libèrent leur contenu alors entraîné par la vapeur d’eau. Deux produits sont alors obtenus, l’Huile essentielle et l’Hydrolat aromatique. L’aromathérapie est l’utilisation des huiles essentielles à des fins thérapeutiques. C’est une bio-thérapie naturelle sophistiquée qui repose sur la relation existant entre les composants chimiques des huiles essentielles et les activités thérapeutiques qui en découlent. Elle recourt à une méthodologie scientifique rigoureuse qui s’inspire de données scientifiquement solides confirmées par des experts spécialistes, médecins et pharmaciens tant par la clinique que par le laboratoire. Elle est thérapeutique naturelle de qualité supérieure, d’une prodigieuse efficacité et complète toutes les autres approches alternatives ou allopathiques.


Cananga odorata

Dans le cas des plantes agrumes, l’extraction se fait par une méthode différente, l’expression à froid, écorces et zestes sont pressés suffisamment pour en extraire une substance appelée Essence.

Formidables concentrés de molécules aromatiques naturelles, les Huiles Essentielles et les Essences ont fait la preuve de nombreuses propriétés thérapeutiques. L’Aromathérapie a acquis ses lettres de noblesse et a sa place dans la thérapie moderne. En effet, l’efficacité des Huiles Essentielles est considérable, et les effets secondaires sont quasi nuls, si les précautions sont suivies et surtout si les Huiles Essentielles et Essences sont utilisées à bon escient (indications, posologies et voies d’administration adaptées).
Il faut donc apprendre à utiliser les Huiles Essentielles et Essences, c’est la pratique de l’Aromathérapie.
 
Des fumigations aromatiques étaient largement utilisées à partir d’un mélange de soixante plantes : le Kyphi. Celui-ci était également employé comme remède, et brûlé dans les habitations pour les « désinfecter ». Ce mélange phyto-aromatique continuera à être largement utilisé en Grèce et à Rome. Vers 1500 avant J.C., les écrits attribués à Imhotep indiquent des recettes se rapprochant de celles de l’ aromathérapie moderne. A cette époque, en Egypte, bien que les huiles essentielles ne soient pas signalées nommément, les plantes aromatiques étaient déjà très largement employées. Ces dernières, avec les gommo-résines aromatiques, étaient transformées par infusion dans des huiles végétales, ce qui libérait les essences végétales, base de la préparation des onguents aromatiques. Les baies de Juniperus communis subsp. (SSp.) communis et les écorces de Cinnamomum verum étaient couramment utilisées à cette époque, soit macérées dans des huiles sous forme d’onguents ou de vins médicinaux, soit, fort probablement, déjà sous forme d’huiles essentielles.

On devrait la première production d’huile essentielle pure à Avicenne, médecin persan, qui perfectionna le processus de distillation
Les Perses, 1 000 ans avant notre ère, semblent être les « inventeurs » de la distillation proprement dite et Il faudra attendre 2 000 ans pour voir ce procédé être sensiblement perfectionné.

Jusque au XXème siècle les huiles essentielles ont été peu utilisées, du fait d’une méconnaissance de leurs propriétés, ainsi que du fait de leur coût important. Leurs indications étaient nombreuses et variées, mais jamais en rapport avec les infections, qu’elles soient internes ou externes. Depuis, plusieurs scientifiques ont permis à l’aromathérapie de se développer. Ainsi, René-Maurice Gattefossé, chimiste lyonnais, a inventé ce terme en 1928 et publié un ouvrage en 1931 sur les relations entre les structures des composants aromatiques et les propriétés des huiles essentielles.
 
Dans les années 1950, le docteur Jean Valnet, chirurgien militaire, s’était donné pour mission de réhabiliter les médecines naturelles «en s’attachant plus particulièrement à définir de manière scientifique le pouvoir thérapeutique des huiles essentielles».

Pour cela, à travers sa pratique de chirurgien militaire puis d’hospitalier, il a participé à rationaliser l’emploi des huiles essentielles, présentant de façon précise dans ses nombreux ouvrages leurs propriétés, leurs indications et exposant les posologies utiles dans la pratique médicale. Par la suite, Pierre Franchomme a introduit la notion de chimiotype ou race chimique chémotype qui conditionne l’activité ou la toxicité de chaque HE.
 
A l’heure actuelle, l’aromathérapie n’est pas considérée par les instances de santé comme une médecine conventionnelle (en France) principalement en raison d’un manque d’études scientifiques… (d’un soi-disant) 

Mais de nombreuses études cliniques portant sur les constituants, les activités pharmacologiques, l’efficacité clinique et la toxicité des HE sont menées et publiées chaque année, contribuant à leur meilleure connaissance dans un but thérapeutique.

L’aromathérapie scientifique ouvre aux médecines naturelles une voie nouvelle vers la reconnaissance de leur intérêt, de leur valeur, et de leur utilité première pour la santé humaine, animale et évidemment végétale…

L’huile essentielle de cataire (Nepeta cataria) — [Books of] Dante

Synonymes : chataire, herbe aux chats, menthe des chats. Assez souvent, dans l’histoire de la phytothérapie, dès lors qu’il s’agit de comparer l’action de tel ou tel simple d’un pays à l’autre, on jette un coup d’œil par-dessus la frontière et, parfois, n’en croyant pas ses yeux, on s’efforce de les frotter afin de s’assurer qu’on […]

via L’huile essentielle de cataire (Nepeta cataria) — [Books of] Dante

Huile essentielle de cataire (Nepeta cataria) 

6ème Congrès des herboristes

1

6ème Congrès des herboristes :

L’herboriste au comptoir : au service de la filière plante

Il existe différentes manière d’exercer l’herboristerie. Il y a des paysans-herboristes qui produisent des plantes médicinales; des experts, des conseillers herboristes, qui reçoivent en cabinet; des cueilleurs, des grossistes etc… mais aussi des herboristes au comptoir.

Ces derniers sont à l’honneur à l’occasion du 6e congrès des herboristes parce que cette édition est organisée, pour la première fois, par le Synaplante, le syndicat des boutiques.

Pour autant, cette édition, s’inscrit dans la tradition d’ouverture et d’échanges des précédents Congrès d’Herboristes : chaque métier y a sa place, tous les passionnés y sont invités.

Et cette année on compte des invités de choix en plus : les champignons !

Le congrès aura lieu à Bayonne (64) le 21 et 22 avril 2018.

Salle Amestoya

14 avenue Benjamin Gomez

64100 BAYONNE

FRANCE

1e journée – Samedi 21 avril 2018

10h00-10h20 :         Introduction Michel Pierre + introduction du Synaplante

Thématique 1 :       La plante : notre patrimoine naturel commun

10h20–11h10        Caroline Gayet : les 3 plantes phares de l’herboriste en cabinet

11h10-12h10            Marc André Selosse : champignons et plantes médicinales : allions-nous !

12h10–12h40        Tatiana Beluynck : Savez-vous comment les russes se soignent avec les plantes ?

12h30– 14h00        Déjeuner

Thématique 2 :       Présentation de l’herboristerie au comptoir

14h00-14h30           Film de présentation de la culture de l’artémisia

14h30-15h00           Table ronde animée par Frédérique Courtadon : Michel Pierre, Alexandre Pinot, Charles Demau, Yves Moreau

15h00–16h30        3 présentations métier :

–     Lila Sobanski (30 minutes)

–     Nicole & Olivier Lhomme (30 minutes)

–     Marianne Ducamps (30 minutes)

16h30 – 16h45 Pause

16h45–17h15          Mise en situation : 3 scénettes (30 minutes – 3 x 10 minutes max) :

➢       1er Dialogue : 1 grossiste (Sabine Tortay)/ 1 herboriste en boutique (Lila)/ 1 producteur (DSamuel Moussali) (10 minutes)

➢       2e Dialogue : 1 herboriste au comptoir (Michel Pierre) / 1 inspecteur de l’administration (Monique) (10 minutes)

➢       3e dialogue : 1 herboriste au comptoir/ 1 client (Alexandre Pinot/ Pauline Pierre) (10 minutes)

Thématique 3 :       L’herboristerie : une filière au service du consommateur et de la nature

17h15 – 17h45        Fabien Gordon : Présentation du métier de producteur

17h45 – 18h00        Madame Brard, responsable de la qualité chez les herboristes Cailleau : comment assurer la qualité des plantes lorsque l’on est grossiste

18h00-18h30           Caroline Gayet, Herboriste en cabinet, mode d’emploi

2e Journée Dimanche 22 avril 2018

Mot d’introduction de la journée (IPSN)

Thématique 4 : Herboriste ou fakir (comment être dans les clous ?) Des savoir-faire d’herboriste au service de la santé de tous

10h00–10h45 : Flavien Meunier : Diplôme d’herboriste : quel contexte juridique faut-il créer pour le rendre possible ?

10h45–11h15 : Monique Vignon : Conseils pour ceux qui se lancent !

11h15–11h30 Pause

Thématique 5 : Herboriste, une compétence qui s’acquiert, le rôle des écoles

11h30–12h30 : Tronc commun des herboristes, que faut-il absolument savoir pour exercer en tant qu’herboriste ?  Fédération des Ecoles d’herboristerie

12h30–14h00 : Déjeuner

Thématique 6 : Des métiers destinés au Bien-être

14h00–15h00 : Christian Escriva : Approche phénoménologique des teintures mères

15h00-15h45 : Véronique Roba  hydrolats & eaux florales

15h45 – 16h00 : Pause

16h00 – 16h45 : Jody Elleaume : Utilisation des huiles essentielles dans le côlon irritable

16h45 – 17h35 Comment faire face aux défis de l’herboristerie aujourd’hui : des herboristes témoignent :

Cyril Coulard (Père Blaise) : 20 minutes

Charles Demau (Tisanier d’oc) : 20 minutes

 Lien vers le site du congrès

https://www.weezevent.com/6-eme-congres-des-herboristes

Conseils expert en phytothérapie aromathérapie

1 135

Les Experts et expertes en phytothérapie aromathérapie

La phytothérapie désigne la médecine fondée sur les extraits de plantes et les principes actifs naturels. Ce mot vient du grec « phytos » qui signifie plante et « therapeuo » qui signifie soigner.

L’aromathérapie est l’utilisation des composés aromatiques extraits de plantes, les huiles essentielles, à des fins médicales. Cela la différencie de la phytothérapie qui fait usage de l’ensemble des éléments d’une plante.Originellement pratiquée selon une approche traditionnelle, comme une branche de la phytothérapie, elle s’apparentait à la naturopathie et était alors classée parmi les médecines non-conventionnelles. De plus en plus étudiée par les scientifiques notamment dans le cadre de la pharmacognosie, qui apporte des preuves aux propriétés des huiles essentielles, elle peut maintenant être pratiquée selon les principes de la médecine factuelle par les professionnels de santé