Archives du mot-clé aromathérapeute

Michel Faucon, aromathérapeute scientifique


Michel Faucon, Expert Aromathérapeute Scientifique

« Toutes les plantes ne sont pas aromatiques, toutes ne sont pas capables de fabriquer des essences, des huiles essentielles. C’est la lumière qui impacte les chloroplastes sensibles aux ondes du spectre lumineux et qui vont faire vibrer les feuilles, si j’ose cette expression un petit peu poétique, c’est la lumière qui va vraiment induire et impacter le végétal pour que le végétal synthétise cette huile essentielle, cette essence pour parler précisément. On dira que l’essence finalement est un concentré de lumière. » 

« Nourriture céleste que les anciens qualifiait de pétrification du supérieur »

Michel Faucon Aromathérapeute, Expert et spécialiste en huiles essentielles, fondateur de l’école Aroma-Sciences, pharmacien aromatologue, dispense un enseignement destiné aux professionnels de la santé intéressés par la pratique moderne de l’aromathérapie scientifique.

Aromathérapie Michel Faucon (vidéo)

BIBLIOGRAPHIE

Dans la mouvance d’autres scientifiques convaincus et passionnés, il est très investi au sein du « groupe national Aromathérapie scientifique », et s’implique pour que les huiles essentielles de qualité médicale, véritables « compléments thérapeutiques », aient droit de cité dans les structures hospitalières et médico-sociales. En outre, il participe comme expert à des études cliniques hospitalières ainsi qu’à de nombreux séminaires. Il rédige des ouvrages d’aromathérapie et à la rédaction de nombreux articles pour la presse médicale spécialisée.
 
Michel Faucon, une expérience pharmaceutique triple :

  • Pharmacie Hospitalière 
  • Pharmacie Industrielle 
  • Pharmacie Officinale 

Président du CLIN responsable de l’hygiène hospitalière et de la lutte contre les infections nosocomiales Relations avec le CCLIN PARIS NORD Interne en Biochimie (Hôpital du VAL DE GRACE PARIS – services du Professeur J. Meunier)
Pharmacien chef de service assurant la gérance et la coordination technique au sein d’un groupement d’hôpitaux privés et de cliniques. Responsable assurance qualité Elaboration et suivi des protocoles d’hygiène hospitalière.

Pharmacovigilant / matériovigilant 

Créateur d’AROMA-SCIENCES, Société spécialisée dans l’activité de formation en Aromathérapie scientifique et médicale des professionnels de santé (médecins, pharmaciens, kinésithérapeutes, sages-Femmes…), Formulateur et consultant auprès des médecins (généralistes, rhumatologues, chirurgiens), mais également auprès de Laboratoires spécialisés en Aromathérapie scientifique, Centre de Massage Kiné, Institut Cosmétique….

  • Fondateur du Laboratoire PHYTOPHAR spécialisé dans la conception, la mise au point et la commercialisation de synergies aromatiques artisanales
  • Comité de pilotage Rédaction « Recommandations pour l’utilisation des huiles essentielles en milieu hospitalier » Exposé le 30 janv 2017 Hôpital Européen Georges Pompidou Paris XVème 


Auteur de :

  • Pneumologie et ORL par les HE – Editions ELLEBORE « Le Sang de la Terre » octobre 2016
  • Huiles Essentielles et Gériatrie – Editions ELLEBORE « Le Sang de la Terre » juin 2014
  • Traité d’aromathérapie scientifique et médicale – Editions ELLEBORE « Le Sang de la Terre » avril 2012 (ouvrage universitaire de référence)
  • Traité d’aromathérapie scientifique et médicale – Tome 2 – Fondement et aide à la prescription – 60 hydrolats parmi les plus utilisés pour la thérapeutique.
  • Aromathérapie pratique et usuelle – Editions ELLEBORE « Le Sang de la Terre » 2009 

Publications :

  • Rédaction d’articles en Phyto-aromathérapie (revues Pharma et Kiné spécialisées « profession Kiné », « Kiné actua »), et « Profession sage-femme ».
  • Utilisation des HE et des HV autour de la naissance » – Vocation Sage-Femme Elsevier juin 2015.
  • Principes de l’Aromathérapie scientifique et applications pratiques en podologie » – EMC http://www.em-consulte.com Elsevier Masson 

L’aromathérapie au cœur de l’hôpital !

L’aromathérapie au cœur de l’hôpital !

Les huiles essentielles au cœur de l’hôpital …

Une petite révolution…

https://www.lalsace.fr/

Infirmière depuis 30 ans dans le service d’onco-hématologie des Hôpitaux civils de Colmar, Catherine Maranzana s’est formée à l’aromathérapie et a progressivement converti l’ensemble des services de l’hôpital aux vertus des huiles essentielles.

Claire Dubray (à gauche), patiente qui a subi deux greffes de moelle osseuse pour traiter un myélome, avec Catherine Maranzana, infirmière et aromathérapeute. Nausées, vomissements, symptômes chimio-induits, troubles du sommeil, anxiété, troubles liés aux émotions intenses… autant de symptômes qui peuvent être traités avec des huiles essentielles.

40 services  des Hôpitaux  civils  de Colmar  utilisent  les huiles  essentielles.  Archives  L'Alsace/ Jean-Francçois Frey

« Au départ, il était surtout question de chasser les odeurs désagréables dans le service d’onco-hématologie où je travaille » , raconte Catherine Maranzana, infirmière depuis 30 ans des Hôpitaux civils de Colmar (HCC) et aromathérapeute, titulaire de plusieurs prix pour son travail sur l’aromathérapie scientifique clinique en milieu hospitalier, dont le prestigieux prix de la Fondation Gattefossé, en 2015.

Dans l’unité de soins en hématologie, où les patients sont principalement atteints de leucémie, de lymphomes ou de myélomes, maladies graves, l’environnement est obligatoirement stérile, ce qui impose de garder les fenêtres fermées. Les odeurs s’y accumulent, devenant rapidement désagréables. Il y a encore dix ans, la seule solution trouvée par le personnel soignant pour combattre l’air vicié était de faire brûler du papier d’Arménie®… un remède peut-être pire que le mal !

Engouement autour des « petits mouchoirs »

Catherine Maranzana sollicite alors un entretien avec son chef de service pour lui soumettre des études attestant que …

Pour en savoir plus …

EXPERTS EN AROMATHÉRAPIE

Expert en aromathérapie

Phytothérapie & Aromathérapie –
Herboristerie & Phyto-Aromathérapie

A propos d’expert en aromathérapie…

Le métier d’herboriste a été reconnu pour la première fois en France en janvier 1312. Alors qu’il existait encore en France environ 4 à 5 000 herboristes (souvent des femmes, non représentées et non défendues politiquement), aucun diplôme officiel d’herboriste n’a été délivré depuis la loi du 11 septembre 1941 en France.

Cette loi organise l’industrialisation de la pharmacie, et transforme (sur le modèle allemand) le marché de manière à permettre à la finance d’entrer dans le capital du secteur de la pharmacie. C’est Philippe Pétain (régime de Vichy) qui supprime le diplôme, mais en répondant à une demande déjà ancienne de certains pharmaciens et de l’Industrie pharmaceutique. Le métier a de fait ensuite pratiquement disparu en France…

De 4 500 herboristes en 1941, on les compte sur les doigts d’une main en France, la plus ancienne étant la pharmacie herboristerie du Père Blaize à Marseille fondée en 1815. Cette situation contraste fortement avec l’Allemagne, la suisse ou l’Italie, on l’on compte encore plusieurs milliers d’herboristes….

L’aromathérapie, filière directe de la Phytothérapie ou phyto-aromathérapie alias « herbothérapie » issue elle même de l’herboristerie, quand à elle, est l’utilisation des huiles végétales et huiles essentielles à des fins d’aide culinaire, alimentaire, au bien être et à la santé.

C’est une bio-thérapie naturelle sophistiquée qui repose sur la relation existant entre les composants chimiques des huiles essentielles et les activités thérapeutiques qui en découlent. Elle recourt à une méthodologie scientifique rigoureuse qui s’inspire de données scientifiquement solides confirmées par des spécialistes, médecins et pharmaciens tant par la clinique que par le laboratoire. Elle est thérapeutique naturelle de qualité supérieure, d’une prodigieuse efficacité et complète toutes les autres approches alternatives ou allopathiques.


Un aromathérapeute a dit: « L’aromathérapie scientifique rend l’impossible possible, le possible facile, le facile élégant.. »

Les huiles essentielles proviennent du monde entier, elles doivent toutes être contrôlées par chromatographie, disposer d’une fiche détaillée sur leur qualité et doivent toutes être (dans un parfait absolu) issues d’une agriculture bio et pour la plupart d’entres elles d’une certification adéquate.

Elles sont habituellement conseillées par un expert en aromathérapie nommé communément  aromathérapeute ou aromatologue : Celui ci formé par une école d’aromathérapie reconnue de cette spécialité, en est aussi un spécialiste des huiles essentielles. Cependant, son rôle ne reste que celui de conseil en huiles essentielles (H.E). Il donne ainsi dans sa propre spécialité, de fameux conseils en aromathérapie (cette dernière englobant les huiles essentielles certes mais aussi les huiles végétales au corps gras.

Seuls, les médecins ont le droit de soigner avec les huiles essentielles (avec cette grande et belle notion d’expertise aromathérapeute)

Aromathérapeute : Un sacerdoce ancestral au service de la santé naturelle…

Une expertise qui traite du métier d’aromathérapeute pour conseiller en huiles essentielles, et non du métier de médecin aromathérapeute. Seuls les médecins ont le droit de soigner avec les huiles essentielles, les conseils en huiles essentielles, eux, ne peuvent apporter que de précieux conseils sur une utilisation adaptée à la sécurité et à la santé.

Un aromathérapeute est ce que l’entraîneur
est à l’équipe sportive

Un aromathérapeute travaille dans la rigueur de sa spécialité qu’est l’aromathérapie ou aromatologie. La curiosité et la soif de connaissance est recommandée dans certaines situations..
Évidemment un tel métier exige une connaissance approfondie des plantes et de leurs propriétés mais surtout de la composition des matières premières végétales : huiles essentielles, huiles végétales ou les macérats … Il forme aussi les professionnels de santé : thérapeutes, infirmiers, infirmières, médecins, pharmacien nes …

L’aromathérapeute a une très bonne connaissance en biochimie. Une bonne connaissance du corps humain est aussi une compétence requise. L’aromathérapeute conseille sur tous les petits maux de la vie quotidienne. Les méthodes de soins sont diverses et les modes d’administration aussi : bain, massage, diffusion, inhalation, usage interne (per os), usage externe, application locale, etc..

Les huiles essentielles sont aussi administrées à chacun selon les goûts et les préférences… A suivre ….

Aromathérapie scientifique

Sources de référencement depuis lesquelles le blog compulse les informations

Références bibliographique & liste des experts (référencés)

  1. Anton R., Wichtl M., Plantes thérapeutiques: Tradition, pratique officinale, science et thérapeutique, Paris, Tec & Doc Ed., 1999.
  2. Avril G., La santé naturelle avec les huiles essentielles, Mens, Terre vivante Ed., 2013.
  3. Baudoux D., L’aromathérapie, se soigner par les huiles essentielles, Bruxelles, Amyris Ed., 2008.
  4. Baudoux D., Les cahiers pratiques de l’aromathérapie selon l’école française, Vol. 1, Pédiatrie, Luxembourg, Inspir Ed., 2006.
  5. Baudoux D., Pour une cosmétique intelligente: Huiles essentielles et végétales, Bruxelles, Amyris Ed., 2010.
  6. Baudoux D., Zhiri A., Les cahiers pratiques de l’aromathérapie selon l’école française, Vol. 2, Dermatologie, Luxembourg, Inspir Ed., 2003.
  7. Baudoux D., Baudry f., Debauche P., Les cahiers pratiques de l’aromathérapie selon l’école française, Vol. 3, Vétérinaire, Bovins, Luxembourg, Inspir Ed., 2003.
  8. Baudoux D., Blanchard J.M., Malotaux A.F., Les cahiers pratiques de l’aromathérapie selon l’école française, Vol. 4, Soins Palliatifs, Luxembourg, Inspir Ed., 2003.
  9. Baudoux D., Les cahiers pratiques de l’aromathérapie selon l’école française, Vol. 5, Grossesse, Luxembourg, Inspir Ed., 2003.
  10. Baudoux D., Miles E., Les cahiers pratiques de l’aromathérapie selon l’école française, Vol. 6, Réflexologies, Luxembourg, Inspir Ed., 2008.
  11. Béhar C., Gérault G., Mary R., Sommerard J.-C., Le guide de l’olfactothérapie: Les huiles essentielles pour soigner notre corps et accompagner nos émotions, Paris, Albin Michel Ed., 2011.
  12. Bitsas A., Aromathérapie Corps et Âme: Comment ajuster complexité aromatique et complexité humaine, Bruxelles, Amyris Ed., 2009.
  13. Böhning M.I., Siegenthaler P., Ces plantes qui soignent les sportifs: Les huiles essentielles et les reflèxes de soin, Lausanne, Favre, 2007.
  14. Bolen C.-L., Schrot E., La beauté par l’Ayurveda, Paris, Marabout, 2003.
  15. Bone K., Mills S., Principles and practice of Phytotherapy, London, Churchill Livingstone, 2000.
  16. Bruneton J., Pharmacognosie, Phytochimie, Plantes médicinales, Paris, Lavoisier Ed., 2009.
  17. Bruneton J., Plantes toxiques: Végétaux dangereux pour l’Homme et les animaux, Lausanne, Tec & Doc Ed., 2001.
  18. Buckle J., Clinical Aromatherapy: Essential Oils in Practice, Philadelphia, Churchill Livingstone, 2003.
  19. Bühring U., Praxis-Lehrbuch der modernen Heilpflanzenkunde, Stuttgart, Sonntag, 2005.
  20. Catty S., Hydrosols: The next aromatherapy, Rochester (Vermont), Healing Arts Press, 2001.
  21. Clergeaud C., Clergeaud L., Les huiles végétales, Bruxelles, Amyris Ed., 2003.
  22. De Bonneval P., Dubus F., Manuel pratique d’Aromathérapie au quotidien, Le Sureau Ed., Méolans-Revel, 2007.
  23. Département Fédéral de l’Intérieur, Liste des médicaments avec tarif (LMT), Berne, 2005.
  24. Diezi J., Felley-Bosco E., Précis de toxicologie, Chêne-Bourg/Genève, Médecine & Hygiène Ed., 2008.
  25. Dogna M., Huiles essentielles, Paris, Guy Trédaniel Ed., 1999.
  26. Dolivo A., Plantes médicinales du monde, Lausanne, Rossolis Ed., 2010.
  27. Dubugnon J.-L., Les huiles essentielles, Aubonne, Laboratoire Pharmessences.
  28. Duguoa J.-J., Koren G., Mills E., Perri D., Herbal Medicines in Pregnancy & Lactation, London, Taylor & Francis, 2006.
  29. Duraffuord C., d’Hervicourt L., Lapraz J.-C., Cahiers de Phytothérapie Clinique, Paris, Masson Ed., 1983.
  30. European Scientific Cooperative On Phytotherapy, E/S/C/O/P Monographies, ESCOP, Exeter, 2003.
  31. Faucon M., Traité d’aromathérapie scientifique et médicale, Paris, Sang de la Terre Ed., 2012.
  32. Franchomme P., Jollois R., Penoël D., L’aromathérapie exactement, Paris, Roger Jollois Ed., 2001.
  33. Geisslinger G., Kroemer H. K., Mutschler E., Ruth P., Schäfer-Kortig M., Mutschler Arzneimittelwirkungen, Wissenschaftliche Verlagsgesellschaft, Stuttgart, 2008.
  34. Gérault G., Ronald M., Le guide de l’aromathérapie, Albin Michel Ed., Paris, 2009.
  35. Hiller K., Melzig M. F., Lexicon der Arzneipflanzen und Drogen, Berlin, Spektrum Akademischer Verlag, 2003.
  36. Hostettmann K., Tout savoir sur les plantes médicinales des montagnes, Lausanne, Favre Ed., 2001.
  37. Hostettmann K., Tout savoir sur les poisons naturels, Lausanne, Favre Ed., 2006.
  38. Mailhebiau P., La nouvelle aromathérapie: Caractérologie des essences et tempéraments humains, Paris, Jakin, 1994.
  39. Michat L., De l’or en bouteille: Les huiles essentielles de Madagascar, Paris, Médicis Ed., 2006.
  40. Morel J.-M., Traité pratique de phytothérapie, Paris, Grancher Ed., 2008.
  41. Pariat Y., Veyre C., Support de cours, Laboratoire Sanoflore, Lausanne, 1995.
  42. Pénoël D., L’aromathérapie quantique: Pour se réaliser avec les huiles essentielles, Guy Trédaniel Ed., Paris, 2010.
  43. Rösti Blaser U., Schulthess B., Aromathérapie, Gümlingen, Printsatz Ed.
  44. Schilcher H., Phytotherapie in der Kinderheilkunde: Handbuch für Ärtze un Apotheker, Stuttgart, Wissenschaftliche Verlaggesellschaft, 1999.
  45. Stadelmann I., Aromapflege: Praktische Aromatherapie für den Pflegealltag, Wiggensbach, Stadelmann Verlag, 2015.
  46. Stadelmann I., Aromatherapie, von der Schwangerschaft bis zur Stillzeit, Wiggensbach, Stadelmann Verlag, 2015.
  47. Steiflitsch W., Wolz D., Buchbauer G., Aromatherapie in Wissenschaft und Praxis, Wiggensbach, Stadelmann Verlag, 2013.
  48. Dr Tauxe P.O Cours SSPM, Lausanne, 2002-2013.
  49. Tauxe P-0, Aromathérapie en Gastro-entérologie 2016
  50. Tauxe P.-O., Séminaires médecine de la conscience, Lausanne.
  51. The Plant List, http://www.theplantlist.org, 2013.
  52. Van Wyk B.-E., Wink C., Wink M., Handbuch der Arzneipflanzen, Stuttgart, Wissenschaftliche Verlaggesellschaft, 2004.
  53. Wagner H., Wiesenauer M., Phytotherapie: Phytopharmaka und pflanziche Homöopathika, Stuttgart, Wissenschaftliche Verlaggesellschaft, 2003.
  54. Willem J.-P., Antibiotiques naturels, Vannes, Sully Ed., 2003.
  55. Willem J.-P., Les Huiles Essentielles: Médecine d’avenir, Paris, Dauphin Ed., 2002.
  56. Laurent Merlin Aromathérapeute & Editeur
  57. Wikiphyto, http://www.wikiphyto.org, 2013-2014.

HUILE ESSENTIELLE

HUILE ESSENTIELLE

Définie par la Pharmacopée européenne, une huile essentielle est un « produit odorant, généralement de composition complexe, obtenu à partir d’une matière première végétale botaniquement définie :
Soit par entrainement à la vapeur d’eau, par hydrodistillation soit par distillation sèche, extraction par CO2 par micro-ondes ou ultrasons
Soit par un procédé mécanique approprié sans chauffage, par enfleurage ou encore par solvants.

Définition ANSM 
« Produit odorant, généralement de composition complexe, obtenu à partir d’une matière première végétale botaniquement définie, soit par entraînement par la vapeur d’eau, soit par distillation sèche, ou par un procédé mécanique approprié sans chauffage. L’huile essentielle est le plus souvent séparée de la phase aqueuse par un procédé physique n’entraînant pas de changement significatif de sa composition. »

L’huile essentielle est le plus souvent séparée de la phase aqueuse par un procédé physique n’entraînant pas de changement significatif de sa composition. » 
Selon la monographie de la Pharmacopée européenne, la matière première végétale peut être fraîche, flétrie, sèche, entière ou pulvérisée, à l’exception des fruits du genre Citrus qui sont toujours traités à l’état frais.
 
Dans le cas du genre Citrus, dont les fruits sont traités par expression à froid, l’AFNOR (Association Française de Normalisation) ne parle pas d’huile essentielle mais d’essence.
 
Toujours selon la Pharmacopée européenne, les huiles essentielles sont parfois modifiées et pourront être déterpénées, désesquiterpénées, rectifiées ou encore privées de « x » 
Une huile essentielle déterpénée est une huile essentielle privée, partiellement ou totalement, des hydrocarbures monoterpénique.
Une huile essentielle rectifiée est une huile essentielle qui a subi une distillation fractionnée dans le but de supprimer certains constituants ou d’en modifier la teneur. 
 
Une huile essentielle privée de « x » est une huile essentielle qui a subi une séparation partielle ou complète d’un ou plusieurs constituants. »
Une huile essentielle est donc, selon la pharmacopée européenne, le produit de la distillation de l’essence végétale (sécrétion naturelle synthétisée par les plantes aromatiques et excrétée dans des organes spécifiques).
 
L’art de la distillation consiste à la récolter sans l’altérer. 
Cependant, au cours de l’extraction, un certain nombre de ses constituants va subir des transformations (réarrangement moléculaire, hydrolyse, etc…).
De ce fait, il convient de bien différencier l’essence que l’on extrait et l’huile essentielle que l’on obtient…
 
À température ambiante, les huiles essentielles sont liquides : Il existe cependant des exceptions…

Laurent Merlin Expert en aromathérapie

Par exemple, l’huile essentielle est :

  • visqueuse chez la myrrhe (Commiphora myrrha (T. Nees) Engl.)
  • pâteuse pour le bois de gaïac (Bulnesia sarmienti Lorentz ex. Griseb.)
  • solide pour le cèdre de Virginie (Juniperus virginiana L.) ou parfois la rose (Rosa x damascena Mill.)
  • ou encore un mélange solide-liquide lorsqu’elle est extraite de la badiane (Illicium verum Hook. F.)

Les huiles essentielles sont volatiles. C’est ce qui les rend entraînables à la vapeur et particulièrement odorantes. Ce caractère les différencie aussi des huiles végétales grasses ou « fixes ». Si ces dernières laissent des taches indélébiles, la trace laissée par une huile essentielle tendra à disparaître plus ou moins rapidement.
La volatilité étant très liée à la composition chimique, les monoterpènes sont par exemple beaucoup plus volatiles que les sesquiterpènes
 
Les essences sont lipophiles et donc très peu solubles dans l’eau en général.
Certains composants le sont cependant, comme par exemple la verbénone du romarin (Rosmarinus officinalis L.) ou le lavandulol que l’on retrouve dans l’huile essentielle de lavande vraie (Lavandula angustifolia Mill.).
 
Certains composants sont même très hydrosolubles et vont favoriser l’apparition d’émulsion dans le produit de distillation lors de l’extraction. C’est, entre autre, le cas de l’huile essentielle d’écorce de cannelle de Ceylan (Cinnamomum verum J.Presl).
 
Leur solubilité est totale dans les huiles grasses qui représentent leurs meilleurs solvants, elle est très grande dans les alcools à titres élevés et dans les solvants organiques.
 
Précautions
Pour le médecin aromathérapeute Jean-Pierre Willem, « Ce n’est pas une médecine douce. Il n’est pas possible de faire de l’automédication ». Une seule cuillère à café d’huile essentielle de thuya, par exemple, peut suffire à provoquer la mort.
L’ingestion d’huile essentielle peut entraîner une intoxication sévère, notamment chez les enfants pour lesquels le risque accidentel est plus élevé. Cette intoxication peut survenir avec de petites quantités et le risque est plus élevé en cas d’antécédent d’épilepsie ou de convulsions.

Laurent Merlin Expert en huiles essentielles

Les symptômes les plus fréquemment rencontrés sont neurologiques, respiratoires et digestifs. Les principaux symptômes neurologiques sont des crises convulsives, une agitation ou au contraire une somnolence, des signes semblables à l’ébriété, des troubles de l’équilibre ou des hallucinations. signes respiratoires peuvent survenir, tels qu’une toux persistante ou une irritation de la gorge, ainsi que des signes digestifs comme des douleurs abdominales, des nausées, des vomissements et des diarrhées.

L’ANSM indique que « Les huiles essentielles ne doivent pas être utilisées de façon prolongée (au-delà de quelques jours) sans avis médical. ». Et dans tous les cas, les huiles essentielles ne doivent jamais être ingérées pures, car elles présentent un risque de santé important pour les muqueuses (ainsi que pour le foie). Dans le cadre d’un traitement sur plusieurs semaines (3 au maximum), on veillera à respecter la fenêtre thérapeutique (un arrêt de 7 jours entre 21 jours, fixée par le médecin aromathérapeute)

Selon le pharmacien Jacques Fleurentin : « Une cuillère à café pure d’huiles essentielles, c’est directement les urgences…

Les H.E, c’est toujours par gouttes. Toujours! ».

Apprends, médecin, à ne tuer personne ; sinon, bêche la terre ! Paracelse

#huileessentielle #essentialoils #aromatherapy #aromathérapie #expert #huiles essentielles