Aromathérapie, science des huiles essentielles

De la plante aromatique à l’huile essentielle…

En science, la primauté de la vision globale sur l’approche analytique est aujourd’hui reconnue. En médecine, bien qu’elle ne soit pas unanimement admise, de nombreux signes donnent à penser que les temps pourraient être proches…

Quoi qu’il en soit, cette démarche est d’ores et déjà admise comme fondamentale par les authentiques tenants des médecines nouvelles ; c’est pourquoi, pour être en mesure de comprendre et d’utiliser avec adéquation les substances qu’il prescrit, le praticien doit posséder suffisamment de connaissances concernant leur origine et leur composition. Les différentes notions développées en aromatologie générale sont donc utiles, mais elles le sont à plus d’un titre, et en particulier pour élargir le champ conceptuel et renforcer les liens entre les maillons de la chaîne unissant la plante au patient. Seront envisagés successivement ici: les structures et les processus biochimiques impliqués dans l’élaboration des essences, la distribution des essences dans le règne végétal, une présentation de la notion de chémotype, les techniques d’extraction, le ternaire aromatique, application de l’approche systémique à l’aromathérapie et, enfin, une présentation succincte des diverses utilisations des essences et des huiles essentielles dans la vie quotidienne. Des structures aux molécules aromatiques Les structures glandulaires Les plantes aromatiques comportent trois principales catégories d’appareils sécréteurs : les poils glandulaires épidermiques, les poches et les canaux glandulaires schizogènes ou schizolysigènes. Caressant une feuille de Salvia officinalis, on perçoit son aspect duveteux, et son froissement libère un parfum caractéristique. Au microscope électronique à balayage, cette feuille de sauge officinale apparaît tapissée d’une forêt de longs poils écailleux entre lesquels sont disposés des petits poils sphériques, le plus souvent sessiles et parfois pédiculés. Les premiers sont des organes détecteurs et protecteurs (des rayons solaires, des insectes, etc.), les seconds constituent des structures sécrétrices, qui, suite à une action mécanique ou à une variation hygrométrique, se déchirent et libèrent leur contenu : l’essence aromatique… 

Extrait de « L’aromathérapie exactement » Pierre Franchomme – D.Pénoël 

Les pratiques médicamenteuses de la médecine conventionnelle peuvent être secondées, améliorées par une médecine intégrée en association, alliant ainsi la sacro-science médicinale moderne aux techniques d’une médecine d’intégration plus disponible, plus efficace et plus naturelle comme l’alimentation.

Dans ce contexte positif lié avant tout au soin, libre de choix personnel, se soigner par le biais d’une thérapeutique naturelle devient un besoin naturellement nécessaire.

Les huiles essentielles apparaissent comme les principes actifs des plantes à essences et très tôt on a recherché des techniques pour les concentrer. La plus efficace étant la distillation ; On obtient ainsi des substances chimiques à des concentrations qui n’existent pas dans la nature et l’on comprend pourquoi l’aromathérapie n’est pas une « médecine douce « , c’est une forme de thérapeutique en fait assez proche de la médecine occidentale (allopathie).

Expert en aromathérapie, aromathérapeute conseil, spécialiste en huiles essentielles

Expert in aromatherapy, aromatherapist, specialist in essential oils

Experto en aromaterapia, asesoramiento en aromaterapia, especialista en aceites esenciales.

Experte für Aromatherapie, Aromatherapeut, Spezialist für ätherische Öle

アロマセラピーのエキスパート、アロマセラピスト、エッセンシャルオイルのスペシャリスト

Эксперт по ароматерапии, ароматерапевт, специалист по эфирным маслам

Especialista em aromaterapia, aromaterapeuta, especialista em óleos essenciais

خبير في طب الروائح ، طب الروائح ، متخصص في الزيوت الأساسية 

芳香疗法专家,芳香疗法专家,精油专家

Science des huiles essentielles, conseil en aromathérapie

%d blogueurs aiment cette page :